• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    Dossier biographique: Python Monty

    Et l'Homme créa Dieu à son image - Monty Python: La vie de Brian

    Jean-Philippe Costes

    Monty Python

     

    Introduction du Docteur Jean-Philippe Costes, Professeur de Théologie à l'Université libre de Neuillé Pont-Pierre, Courtier à la Bourse de Pyongyang, Eleveur de porcs à Téhéran, Moniteur de Ski alpin à Bruxelles et accessoirement, Commentateur cinématographique

    1946 ans après la Passion du Christ, la troupe du Monty Python enfonce le dernier clou de la Crucifixion en réalisant La vie de Brian ( Life of Brian), relecture hautement iconoclaste de la vie de Jésus. La comédie blasphématoire fit beaucoup gloser lors de sa sortie. Les croyants les plus modérés, attachés à la tradition de miséricorde de l'Eglise, exigèrent que ses auteurs fussent arrêtés, fouettés jusqu'au sang, piétinés par la foule en colère, émasculés à l'ancienne et enfin, "brûlés vifs au briquet Hugo Boss pour que la souffrance durât plus longtemps"(sic). Les fidèles les plus extrémistes, déconcertés par tant de hardiesse, durent se contenter du peu d'espace d'indignation que leur avait laissé leurs coreligionnaires. Ils jetèrent couteaux, sabres, haches et tronçonneuses pour se fendre d'un modeste et peu orthodoxe "Pauv' types, va!" L'humble réplique servit de réponse officielle à l'Episcopat, fort démuni depuis la fermeture des Tribunaux d'Inquisition pour cause de rigueur budgétaire. Cette mollesse embarrassante est un mal pour un bien, considérèrent à l'unisson les Docteurs de la Foi. Il était inutile d'accorder plus d'importance qu'elle n'en avait à une farce grossière qui de toute évidence, s'inscrivait dans la mode passagère du Nihilisme, du Libéralisme et de toutes ces idéologies de pacotille qui ne riment au fond qu'avec un seul mot: Crétinisme. Prêtres, Evêques, Cardinaux et autres Papes étaient pourtant dans l'erreur en imaginant que leurs contempteurs ne méritaient qu'un divin mépris. John Cleese, Terry Gilliam, Eric Idle, Graham Chapman, Terry Jones et Michael Palin n'avaient certes pas l'envergure de Giordano Bruno, mais leur brûlot anticlérical était plus qu'un morceau de bouchon tombé par hasard dans le vin de messe. Il attisait le feu qui déjà, ravageait les bénitiers de l'Occident. Il prophétisait l'avènement d'un monde résolument profane.

    Revenons dans le présent et, avec ce recul salvateur grâce auquel le Vatican n'a mis que trois siècles et demi à réhabiliter Galilée, analysons froidement les faits. Qu'est-il advenu depuis l'an de disgrâce 1979, date à laquelle les "Beatles du Rire" ont commis leur péché capital? Les temples de la vieille Europe se sont vidés. Les prélats se font aussi rares que les cercueils à deux places. Dieu est devenu un sujet de moquerie comme les autres. La vie de Brian est-elle responsable de ce miracle inversé? Ce serait lui prêter beaucoup trop de pouvoir. Force est néanmoins de constater que le film est désormais l'objet d'un culte au Diocèse des Incroyants. Ses outrages à la liturgie sont gaîment repris et sanctifiés par tous ceux qui voient en l'Homme le seul Maître de l'Univers. Ite missa est: le sacrilège cathodique des Monty Python est l'une des représentations les plus marquantes de la désacralisation post-moderne. Pour les amateurs de phrases moins alambiquées mais tout aussi pertinentes, il est l'Evangile de l'Athéisme en marche dans des Sociétés colonisées par le Rationalisme. Un examen attentif en apporte la confirmation. Loin des pochades habituelles du Cinéma commercial, le long-métrage par qui le scandale est arrivé frappe ainsi par son intelligence et son érudition. Il est la Vis comica appuyée sur le bras de l' Histoire. Il est à ce point ancré dans le Réel que le Professeur Odon Vallet, fin connaisseur des questions spirituelles, le cite fréquemment au cours de ses interventions télévisées. Quelle est donc sa raison d'être, par-delà les passions qu'il a suscitées? En vérité, je vous le dis, la sulfureuse intention tient en une phrase: décrire la genèse d'une religion pour mieux subvertir l'ensemble de l'idée religieuse. Mais je discours, je pérore, je soliloque, je parle tout seul et je ne me rends pas compte que je commence à répéter les mêmes choses en des termes différents. Il est grand temps de laisser la parole aux apôtres de l'impiété.

    L'Evangile selon Saint Chapman et Saint Cleese

    ou l'absurdité de la Vie

    Note à l'attention des exégètes: Les deux Evangélistes écrivaient officiellement de concert. En réalité, le second faisait tout tandis que le premier "faisait le reste". Graham Chapman était en effet un alcoolique notoire, dont les périodes de lucidité étaient aussi rares que le caviar à l'Armée du Salut. Rendons par conséquent hommage à John Cleese: il est, à son corps défendant mais qu'importe, la parfaite incarnation de la générosité Chrétienne.

    1. La prédication de Chapman: l'Humain, un être insensé par essence

    1 [i] Au commencement était l'Absurde. [ii]La vie de Brian se développe ainsi sur l'idée, à la fois drolatique et un tantinet angoissante, que le monde repose au fond d'un gouffre existentiel que jamais n'irradie la lumière de la Raison. [iii]Décors et costumes grossiers, acteurs employés dans des rôles multiples, anachronismes outranciers, le film offre d'emblée des verres grossissants aux myopes qui ne distingueraient pas la piteuse évidence: nous naissons, nous souffrons et nous mourons sans causes ni finalités clairement identifiables. [iv]L'Etre humain est fatalement le reflet de cettevacuité absolue. [v]Puisque rien n'a de sens autour de lui, il est voué à devenir un personnageinsensé. [vi]Montrez-lui la Grandeur et il choisira instinctivement la Petitesse. [vii]L'obscurité métaphysique qui l'entoure le prive de repères et le pousse mécaniquement à se prendre les pieds dans le tapis de la Médiocrité. [viii]Cette cécité, maladie congénitale à la croisée du pathétique et du burlesque, se dévoile dès l'entame du film des Monty Python. [ix]Tandis que Jésus de Nazareth prononce son fameux "Sermon sur la montagne", les badauds les plus éloignés du Prophète se perdent en querelles prosaïques. [x]Dieu offre à tous les clefs du Salut mais les hommes, durs d'oreille au propre comme au figuré, n'ont que faire de Son message. [xi]Ils ne s'inquiètent que de la taille de leur appendice nasal.[xii]Cette propension à l'indigence, hélas, ne relève en rien de l'exception.[xiii]Elle constitue la règle des comportements humains.[xiv]Les commerçants de Jérusalem en témoignent avec une consternante efficacité.[xv]Si l'un de leurs clients accepte de payer un objet au prix affiché, ils s'insurgent aussitôt.[xvi]Ils exigent que leur vis-à-vis marchande avec eux.[xvii]Leur requête est contraire à leurs intérêts et pourtant, ils persistent à la formuler.[xviii]"Quoi, tu veux acheter cette gourde pour trente shekels? [xix]C'est trop cher, voyons, négocie encore!" [xx]Les boutiquiers, malgré leur aveuglement caricatural, sont les fidèles reflets de notre condition. [xxi]Ils sont des voyageurs perdus dans un univers sans boussole. [xxii]Leur égarement, en se répétant à l'infini dans le vide quotidien de l'Existence, devient une affligeante habitude. [xxiii] Il est dans l'ordre des choses que l'Homme se mette au diapason du chaos qui l'environne.

    Monty Python

    2 [xxiv] Ce que la Nature nous fait, Miserere, De profundis, l'Institution est malheureusement incapable de le défaire. [xxv]Elle ne comble aucunement nos lacunes. [xxvi]Elle est totalement inapte à donner du sens à notre vie. [xxvii]Les Romains, tels que les Monty Python les décrivent, en administrent la preuve éclatante. [xxviii]Que décide par exemple le Centurion qui surprend Brian Cohen en train de peindre un slogan hostile à l'occupation de la Judée? [xxix]Au lieu d'appréhender le résistant Juif, il lui tire l'oreille comme un instituteur, l'enjoint de corriger immédiatement ses fautes de Latin et le condamne à recopier cent fois les mots qu'il a eu la négligence de mal écrire. [xxx]"Romani ite domum", "l'US go home" à la mode antique recouvre ainsi les murs de la Ville Sainte mieux que ne l'auraient fait tous les mouvements de libération Hébreux. [xxxi]Deux cinglantes conclusions s'imposent à la vue de ce navrant épisode: d'une part, les ambassadeurs de la Modernité n'échappent pas à l'imbécillité archaïque de leurs contemporains; d'autre part et subséquemment, la Civilisation n'est qu'une mince pellicule sur l'inanité fondamentale de l'Histoire. [xxxii]Est-ce à dire que rien, pas même l'Autorité, ne peut servir de sémaphore aux naufragés que nous sommes? [xxxiii]Non seulement ce concept ne nous élève pas mais de surcroît, il nous enfonce. [xxxiv]Brian s'en aperçoit quand, arrêté par une patrouille, il est amené à partager le cachot d'un prisonnier de longue date. [xxxv]Le vieux délinquant n'a pas été "redressé" par ses geôliers. [xxxvi]Au contraire, la soumission a puissamment contribué à son avilissement. [xxxvii]Il est à ce point aliéné qu'en dépit de la Raison la plus basique, il vénère ses bourreaux comme des dieux et se languit de leurs ignobles châtiments. [xxxviii]Bien chers frères, biens chères soeurs, n'appelez donc pas la Société à l'aide aux heures tragiques où le désespoir existentiel vous submerge. [xxxix]Dans la mesure où comme nous tous, elle procède de l'absurdité de la Nature, elle ne sera jamais qu'une bouée percée dans l'océan de votre misère.

    La prédication de Cleese: l'Humain, un être dérisoire à en pleurer

    1 [xl] Parce qu'il est le fruit putréfié d'une terre envahie par les herbes folles du Non-sens, l'Homme est quantité négligeable dans le champ infini du Cosmos. [xli]Soyons moins bucoliques, afin de ne pas égarer les brebis les plus étroites d'esprit avec des métaphores capillotractées. [xlii]Puisque nous vivons sur une planète où tout, absolument tout est dérisoire, nous nous prêtons volontiers à la dérision. [xliii]Nous sommes idéalement taillés pour un costume de clown triste. [xliv]"Bas de plafond", "près du plancher", "au ras de la moquette", telle est la seule Trinité que nous a laissée le Dieu absent qui prétend nous avoir crées et qui, pour paraphraser ce pompeux patenté de Jean-Paul Sartre, nous a promis au délaissement

    existentiel. [xlv]La séquence d'ouverture de La vie de Brian annonce clairement la couleur en cette matière fichtrement sensible. [xlvi]Mais ne péchons pas par excès de populisme syntaxique, afin de garder dans le troupeau nos brebis les moins demeurées: le prélude en "fat majeur" du troisième opus des Monty Python nous fait entendre, en un fulgurant aria, le requiem des illusions humaines. [xlvii]Guidés par l'Etoile du Berger, les Rois mages se rendent au modeste domicile de Madame Cohen. [xlviii]Ils souhaitent rendre hommage au divin enfant qui, selon d'anciennes prophéties, a vu le jour dans la douce nuit de Bethléem. [xlix]Les vénérables voyageurs se sont connement trompés d'adresse mais au Diable ce détail, l'essentiel est ailleurs. [l]La mère présumée du Messie chasse sans ménagement ses illustres visiteurs avant de les rappeler, faussement contrite, lorsqu'elle voit que de luxueux cadeaux lui étaient destinés. [li]Dieu, pourquoi nous as-Tu abandonnés? [lii] L'Etre humain est dérisoire tant il est rapace.

    2 [liii] Que les sadiques se rassurent, le jeu de massacre ne fait que commencer. [liv]Madame Cohen se presse ainsi aux portes de Jérusalem pour assister à une lapidation. [lv]Le spectacle étant interdit à la gent féminine, elle se munit, comme ses amies, d'une barbe postiche. [lvi]Le condamné du jour est un pauvre hère qui a eu l'indicible audace de prononcer le mot sacré "Jéhovah". [lvii]C'est finalement le prêtre chargé de son exécution qui succombe à la pluie de cailloux de la foule enragée. [lviii]L'idiot a en effet prononcé le nom du Seigneur en lisant l'acte d'accusation du pécheur qu'il voulait supplicier. [lix]Dieu, pourquoi nous as-Tu abandonnés? [lx]L'Etre humain est dérisoire tant il est stupide et cruel.

     

    3 [lxi] Un mendiant accoste Brian sur le marché de Jérusalem. [lxii]Pour quelle raison demande-t-il l'aumône, alors même que sa santé rayonnante lui permettrait de subvenir à ses besoins en travaillant? [lxiii]L'individu assure qu'il est un ancien lépreux, guéri de ses écrouelles par le prétendu "Roi des Juifs". [lxiv]S'il tend la main, c'est uniquement pour obtenir réparation du préjudice qu'il a subi en perdant la maladie mortelle qui le faisait vivre, naguère, de la générosité publique. [lxv]Dieu, pourquoi nous as-Tu abandonnés? [lxvi]L'Etre humain est dérisoire tant il est retors.

    4 [lxvii] Madame Cohen, décidément très présente dans le film, n'a de cesse de fustiger la lubricité des hommes.[lxviii]Elle prêche inlassablement en faveur du rigorisme le plus obtus. [lxix]Elle omet cependant de préciser qu'elle a conçu son fils avec un Centurion Romain et que, mue par une dépravation incoercible, elle continue d'offrir son corps à l'Occupant. [lxx]Dieu, pourquoi nous as-Tu abandonnés? [lxxi]L'Etre humain est dérisoire tant il est hypocrite.

    5 [lxxii] Le Front Judéen du Peuple se réunit sous la houlette de Reg, son chef charismatique. [lxxiii]Le plus en vue des 427936 mouvements que compte la Résistance Hébraïque (soit environ un parti par Juif en âge de militer) entend clarifier sa doctrine politique.[lxxiv]Qu'ont apporté les Romains en envahissant la Terre Sainte? [lxxv]Rien, excepté les aqueducs, les égouts, la Sécurité, l'Education, la Santé, les routes et deux ou trois autres détails qu'il serait vain de citer tant ils sont minimes. [lxxvi]Dieu, pourquoi nous as-Tu abandonnés? [lxxvii]L'Etre humain est dérisoire tant il est querelleur et malhonnête.

    Monty Python

    6 [lxxviii] Le grand Ponce Pilate interroge Brian, le petit terroriste Juif qui a tenté d'enlever sa femme dans son palais flamboyant de Jérusalem. [lxxix]Des légionnaires assistent à la scène. [lxxx]Ils se tiennent au garde-à-vous, dans la crainte de leur prestigieux Maître. [lxxxi]Mais que redoutent en vérité ces glorieux soldats qui ont fait la fierté de l'Empire? [lxxxii]S'ils dégoulinent de sueurs froides, c'est parce qu'ils ont peur d'être emportés par un fou rire inextinguible. [lxxxiii]Le Procurateur de Judée, il est vrai, a une voix haut perchée, un menu défaut d'élocution et de bons amis qui, à l'instar du vaillant Grandus Bitus et de sa sémillante épouse Incontinentia Popotin, peuvent déclencher ça et là quelques gloussements nerveux. [lxxxiv]Les comiques involontaires sont bien entendu inconscients de leur ridicule. [lxxxv]Aussi vrai que le cul-de-jatte est toujours le plus mal chaussé, dit opportunément le Philosophe, le cocu est toujours le dernier informé. [lxxxvi]Les deux ou trois lecteurs qui n'ont pas encore décroché ont une petite idée de la chute du paragraphe. [lxxxvii]Dieu, pourquoi nous as-Tu abandonnés? [lxxxviii]L'Etre humain est dérisoire tant il est rétif à toute forme de lucidité.

    7 [lxxxix] Le bougre, néanmoins, a suffisamment d'intelligence pour admettre que l'Ecclésiaste avait vu juste: "Vanité des vanités, et tout est vanité". [xc]Il dispose également des ressources nécessaires pour appliquer le théorème d'Aristote: "La Nature a horreur du Vide". [xci]Puisque la Terre n'est que vacuité, il convient de chercher, dans le Ciel, matière à combler la béance de l'Existence. [xcii] C'est à partir de la conscience du Néant que s'enclenche ainsi le processus spirituel.

    L'Evangile selon Saint Palin et Saint Jones

    ou l'absurdité de la Religion

    Note à l'attention des exégètes: Plagiaires impénitents, Terry Jones et Michael Palin crurent bon de singer la méthodologie de leurs confrères John Cleese et Graham Chapman. Ils prirent l'habitude d'écrire en tandem ce qui, précisons-le pour les adeptes du premier degré, ne signifie en aucun cas que les humoristes rédigeaient leurs textes à vélo. Le lecteur attentif notera par ailleurs que l'Evangile suivant est plus court que le précédent. Cet état de fait donne objectivement raison à Tristan Bernard qui, en observant les pyramides Egyptiennes, conclut que les ouvriers avaient tendance à en faire de moins en moins. Quelle est donc l'origine de ce déclin structurel de la production? L'embourgeoisement du Prolétariat? La montée du Syndicalisme? Je crois que nous nous égarons. Revenons sans plus tarder à notre sujet.

    1 Le sermon de Palin: croire, une envie très pressante

    1 [xciii] L'Homme est ainsi fait qu'il éprouve le besoin de croire pour conjurer le sort injuste qui le voue au désarroi.[xciv]Aussi, il est disposé à suivre tout individu susceptible de porter une parole divine. [xcv]Le Proche-Orient de l'Antiquité, cadre narratif de La vie de Brian, représente à merveille ce penchant universel. [xcvi]Rien n'échappe à la Religion dans la Jérusalem du Christ.[xcvii]La population recherche frénétiquement un guide en mesure d'éclairer les ténèbres du monde.[xcviii]Le héros du film fait l'amère expérience de ce fol appétit de spiritualité. [xcix]Traqué par les Romains en raison de ses accointances avec le Front Judéen du Peuple, il se réfugie sur la place publique où se produisent quotidiennement les candidats aux fonctions de Prophète. [c]Comme il est nouveau et d'un abord sympathique, le fugitif attire l'attention des passants. [ci]Ses propos sont totalement dépourvus de sens mais qu'importe ce détail, ils rencontrent un succès immédiat. [cii]Leur ésotérisme semble cacher quelque mystère venu de l'Au-delà. [ciii]L'odieuse machinerie de la crédulité est en marche. [civ]Nul ne pourra plus l'arrêter.

    Monty Python

    2 [cv] Brian essaie bien de lui mettre son bâton de faux Moïse dans les roues. [cvi]Il s'enfuit dans le désert et confesse, à qui veut l'entendre, qu'il n'a aucun lien de parenté avec le Créateur. [cvii]Ses fidèles le poursuivent cependant jusqu'au fin fond du désert et restent sourds à ses aveux. [cviii]L'Homme, le Diable l'emporte, a besoin d'un Dieu pour affronter la tragédie de la Vie. [cix]Il lui faut croire en quelqu'un pour supporter sa dure condition. [cx]Cette confiance en un Etre supérieur et néanmoins, désespérément invisible, est aveugle par essence. [cxi]Elle fonctionne selon une logique paradoxale qui pousserait Descartes à la dépression nerveuse: parce qu'elle ne repose sur rien, la Foi peut tout expliquer; parce qu'elle change de simples hypothèses en certitudes, elle justifie sa propre irrationalité. [cxii]Les mots que Brian se voit opposer lorsqu'il jure qu'il est le fils d'une vieille prostituée et non, l'enfant d'une vierge céleste, résument parfaitement ce système de pensée.[cxiii]"Si tu dis que tu n'es pas le Messie, c'est que tu l'es!" [cxiv]Alea jacta est, Sic transit gloria mundi, Veni, vidi, vici, le propre d'un culte est jaillir des fonts baptismaux de la faiblesse humaine.

    2 Le sermon de Jones: mauvaise foi et Religion

    1 [cxv] Ainsi donc, la Religion est affaire de mauvaise foi. [cxvi]Tout son être porte les marques de cette maladie honteuse. [cxvii]Mieux que Jean-Jacques Rousseau et son Histoire hypothétique, mieux que Claude Lévi-Strauss et ses considérations ethno-structuralistes auxquelles personne ne comprend rien, mieux que ces littérateurs prétentieux qui racontent le monde avec des phrases si longues et tarabiscotées que nul ne conserve le moindre souvenir des motifs qui ont présidé à la rédaction de leur laïus, Brian Cohen nous le fait comprendre en une séquence aussi brève que pénétrante. [cxviii]Le malheureux fuit le désert dans lequel il a reçu, malgré lui, l'onction d'une meute de disciples hystériques. [cxix]Dans sa course éperdue, il abandonne une sandale et la gourde qu'il avait achetée de haute lutte à quelque marchand du Temple.[cxx]Une femme, vestale autoproclamée, recueille la chaussure et invite ses compagnons à la vénérer. [cxxi]Un homme, également prêtre de la génération spontanée, s'empare du récipient et exhorte les "vrais croyants" à se prosterner devant la "relique sacrée". [cxxii]Deux piliers de l'organisation religieuse viennent de se forger dans le divin creuset du Ridicule: le Clergé et son corollaire, le sectarisme. [cxxiii]L'un et l'autre s'appuient sur une dévotion insensée - adoration qui selon l'antique mécanique du cycle infernal, engendre un esprit moutonnier qui favorise à son tour la conversion de nouveaux adeptes. [cxxiv]Nous ne mentionnerons pas l'intolérance qui va de pair avec ces traits de caractère et qui, dans l'oeuvre implacable des Monty Python, conduit les mystiques à trucider tous ceux qui remettent en cause la surhumanité de Brian. [cxxv]La coupe est déjà pleine à ras bord. [cxxvi]Un peu de charité chrétienne, bon Dieu...

    Monty Python

    2 [cxxvii] Il a beau savoir que l'Homme est un animal, l'Optimiste éclairé ne peut s'empêcher d'attendre un sursaut d'orgueil de ses congénères avilis.[cxxviii]L'infortuné Brian déploie des trésors d'éloquence pour donner gain de cause à ce bon Samaritain. [cxxix]Devant la foule grandissante qui se masse jour et nuit sous ses fenêtres, il fait un vibrant éloge de l'Athéisme et de la Libre Pensée. [cxxx]Sa tentative se solde néanmoins par un cuisant échec.[cxxxi]Personne ne daigne quitter l'Eglise qu'il a involontairement fondée. [cxxxii]Ainsi va la Religion. [cxxxiii]Comme l'Etymologie nous l'indique, elle tresse un lien qui unit Dieu à l'Humanité. [cxxxiv]Cette dernière, enchaînée, n'a pas la force de renier ce qu'elle a créé de son propre chef pour combler le vide abyssal de son existence.

    L'Evangile selon Gilliam et Idle

    ou l'absurdité retrouvée

    Note à l'attention des exégètes: Dieu est une invention de l'Homme , l'Evangile précédent s'achève sur une révélation explosive. Noblesse Britannique oblige, les auteurs de ce verset satanique laissent au plus inconscient et au plus Américain de leurs compères (c'est-à-dire, à Eric Idle et à Terry Gilliam) le soin d'en tirer les dangereuses conséquences à leur place. La "perfide Albion", quelle sublime redondance...

    Les élucubrations de Gilliam: l'Homme créa Dieu à son image

    1 [cxxxv] Dieu n'est pas le Père, il est le Fils de l'Homme. [cxxxvi]Puisque les Saintes Ecritures le reconnaissent elles-mêmes, ainsi soit-il. [cxxxvii]Il y a toutefois un bug dans ce logiciel spirituel et Brian, pionnier de l'Informatique religieuse, le met brillamment en évidence. [cxxxviii]Qui est ce "Sauveur" auquel la communauté des croyants attribue des pouvoirs transcendants? [cxxxix]C'est l'enfant illégitime d'un officier Romain et d'une Juive aussi perverse qu'envahissante. [cxl]C'est un lâche et un idiot qui oscille constamment entre malchance et maladresse. [cxli]En somme, dira l'amateur d'antinomies, c'est un individu "excessivement normal". [cxlii]Nietzsche et les anticléricaux primaires ajouteront, avec leur amabilité coutumière: il est humain, trop humain pour prétendre à la surhumanité. [cxliii]Ces mots tranchants comme un couteau à beurre laissent entrevoir une véritable boucherie métaphysique.

    Monty Python

    2 [cxliv] Brian est de nouveau arrêté. [cxlv]Pendant que ses désastreux amis du Front Judéen du Peuple se perdent en querelles byzantines, il s'apprête à subir le calvaire que Rome réserve à ceux qui contestent son autorité. [cxlvi]Pilate prend la parole sur le forum. [cxlvii] C'est la Pâque Juive. [cxlviii]La foule a le droit d'exiger l'amnistie d'un condamné à mort. [cxlix]Elle ne peut cependant l'exercer tant le Procurateur et son ami Grandus Bitus, atteints de lallation et de zézaiement chroniques, interdisent toute forme de sérieux. [cl]Quand un semblant de calme revient enfin dans l'assemblée, Brian est désigné pour jouir de la grâce impériale. [cli]Hélas, un mauvais plaisantin usurpe son identité et se fait libérer à sa place. [clii]Le terrible Golgotha se profile à l'horizon. [cliii]La "colline du Crâne", n'en déplaise à son nom Araméen, n'est toutefois pas le royaume de la Cervelle. [cliv]Les crucifiés n'ont d'autre préoccupation que de railler leurs voisins. [clv]Les couards du Front Judéen du Peuple viennent "saluer les martyrs" au lieu de se battre pour les délivrer. [clvi]Un commando du Front Populaire de Judée, mouvement réputé plus radical que le FJP, fait renaître l'espérance chez les suppliciés. [clvii]Pour tout attentat suicide, les abrutis qui composent le détachement se contentent néanmoins de mettre fin à leurs jours devant les croix. [clviii]Ils pensent ainsi "faire un exemple", selon les propres termes de leur chef à l'agonie. [clix]La séquence se passe de commentaires mais le Commentateur, ne serait-ce que pour justifier son salaire, va tout de même la commenter.[clx]La Passion du Christ, telle que nous la voyons, nous ramène sans ménagement à la Raison: Dieu est le reflet de l'incurable nullité de l'Homme. [clxi]Comment pourrait-il en être différemment? [clxii]Puisque nous l'avons crée de toutes pièces, le "Tout-Puissant" est à notre image; il est impuissant à donner un sens à notre vie insensée.

    2 Le cantique d'Idle: de l'Absurde à l'Absurde

    1 [clxiii] L'Homme, désemparé, à crée un Dieu qui ne peut rien pour lui. [clxiv]De l'absurdité fondatrice du monde, il est retourné à l'absurdité. [clxv]Cette variation sur le thème biblique "Tu es poussière et tu redeviendras poussière" est certes accablante de prime abord. [clxvi]Souvenons-nous cependant des sages paroles du crucifié chantant, à la fin des aventures tragi-comiques de Brian: "Parti de rien, t'es arrivé nulle part. Qu'est-ce que t'as perdu? Rien du tout!" [clxvii]Compagnes et compagnons d'infortune, rions donc de notre misère au lieu d'en pleurer![clxviii]Compte tenu du fait que nous sommes voués au Néant, profitons du peu que la Vie nous offre. [clxix]"Always look on the bright side of life"...

    Monty Python

    2 [clxx] Quand dans la Vie tout va mal

    [clxxi] On n'a pas vraiment le moral

    [clxxii] Quand on en a plein les sandales

    [clxxiii] Inutile de faire un scandale

    [clxxiv] Rien ne sert de râler

    [clxxv] Il suffit de siffloter

    [clxxvi] Et tout finit par s'arranger

    [clxxvii] Prends toujours la Vie du bon côté!

    [clxxviii] Si la Vie te semble pourrie

    [clxxix] C'est que tu oublies de rire et de chanter

    [clxxx] Si tu as le moral à zéro

    [clxxxi] Ne fais pas l'idiot!

    [clxxxii] Il te suffit de siffloter

    [clxxxiii] Prends toujours la Vie du bon côté!

    [clxxxiv] La Vie est un théâtre absurde

    [clxxxv] La Mort est une certitude

    [clxxxvi] Il faut savoir tirer sa révérence

    [clxxxvii] Oublie tes péchés

    [clxxxviii] Souris à l'assemblée

    [clxxxix] Savoure l'instant présent

    [cxc] Prends toujours la Mort du bon côté

    [cxci] Avant d'aller au Royaume des Trépassés!

    [cxcii] La Vie est une vraie merde, pourquoi la regretter?

    [cxciii] La Vie est une comédie et la Mort, une plaisanterie

    [cxciv] On joue notre petit rôle pour que le Public rigole

    [cxcv] Souviens-toi, rira bien qui rira le dernier!

    [cxcvi] Prends toujours la Vie du bon côté...

    Apostille d'apostat: Pour aller plus loin dans l'insolence, la désacralisation et l'étude de l'absurdité du monde, on se référera utilement aux deux autres forfaits cinématographiques des Monty Python: Sacré Graal! (Monty Python and the Holy Grail) et Le sens de la Vie ( Monty Python's The Meaning of Life).

     
    Date de création:2013-12-18 | Date de modification:2013-12-22
    Loading