• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    Allen Woody

    Débuts

    Issu d’une famille Juive de New York, Woody Allen n’est ni un enfant de la balle, ni un produit du système Hollywoodien. C’est un pur autodidacte qui commence à gagner sa vie en créant et en vendant de gags. Rapidement exclu de l’Université, il est embauché par la NBC à l’âge de dix-neuf ans. Il brille dans ce singulier exercice qu’est le « one-liner », art de composer des blagues en une seule ligne. Son ingéniosité, son audace et sa formidable fécondité intellectuelle lui ouvrent les portes des plus grands shows télévisés. Il y rédige des sketches, en collaboration avec des auteurs en devenir tels que Mel Brooks et Carl Reiner.

    Passé à la « stand-up comedy », le talentueux jeune homme se produit dans les cabarets de toute l’Amérique. Son premier contact avec le monde du Cinéma intervient en 1964, lorsque le producteur Charles Feldman lui demande de réécrire le scénario de Quoi de neuf, Pussycat ? ( What’s New, Pussycat ?). Clive Donner, le réalisateur du film, lui confie un petit rôle. Après une nouvelle apparition dans Casino Royale , parodie de James Bond dont il a également remanié le script, Woody Allen s’oriente vers le Théâtre. Il signe une pièce ( Don’t Drink the Water) qui remporte un franc succès à Broadway. C’est à partir de 1966 qu’il consacre l’essentiel de son énergie débordante au grand écran. Résolu à devenir metteur en scène, il arrive à ses fins en retravaillant un film Hongkongais qu’il intitule Lily la tigresse ( What’s Up, Tiger Lily ?). Trois ans plus tard, il signe sa première œuvre personnelle, hilarante fantaisie traitant des mésaventures d’un délinquant désastreux : Prends l’oseille et tire-toi (Take the Money and Run).

    Particularités

    Dans l’imagerie cinématographique, Woody Allen est essentiellement un personnage de Comédie. Il est le petit homme chétif, hypocondriaque, maladroit, obsédé par le sexe et viscéralement angoissé qui inspire à tous un mélange de tendresse et d’ironie. L’auteur d’Annie Hall est toutefois plus qu’un amuseur. C’est un artiste complet qui, non content d’avoir officié pour la Télévision, a fait une solide carrière de dramaturge et d’acteur. C’est un esprit d’une rare polyvalence qui a su passer du Burlesque à la Tragédie sans jamais se fourvoyer. C’est un créateur de haute volée qui écrit, réalise voire, interprète un long-métrage par an tout en faisant de chacun de ses travaux l’écrin d’une idée nouvelle (un metteur en scène qui tourne un film tout en étant aveugle dans Hollywood Ending, un faux révolutionnaire dans Bananas, un dédoublement du point de vue narratif dans Melinda et Melinda, un faux documentaire sur un « homme-caméléon » dans Zelig, un voyage fantastique dans le Montmartre des Années folles, dans Minuit à Paris (Midnight in Paris)…). Cette extraordinaire inventivité plonge ses racines dans une vaste culture. Woody Allen, l’autodidacte, est un grand amateur de Peinture, de Littérature, de Philosophie, d’Histoire du Cinéma et de Musique (féru de Jazz, il est d’ailleurs un clarinettiste émérite). Il est le disciple à la fois profond et léger, hétérogène et cohérent de maîtres aussi divers que William Shakespeare, Sigmund Freud, Federico Fellini, Ingmar Bergman et Groucho Marx. Un fil conducteur traverse son œuvre en forme de jungle intellectuelle et artistique : l’Etre et le Néant, ou comment exister dans un monde livré aux forces de l’Absurde.

    Chantre inégalé de la ville de New York, fin connaisseur des divans de psychanalystes et expert en difficultés conjugales, Woody Allen a partagé la vie de plusieurs femmes. On retiendra, parmi elles, les actrices Louise Lasser, Diane Keaton et Mia Farrow.

    Woody Allen

    Oeuvres

    Filmographie

    Réalisation et scénario

    N.B: Woody Allen est également l’interprète de la plupart de ses films

  • 1966 : Lily la tigresse (What’s Up, Tiger Lily ?)
  • 1969: Prends l’oseille et tire-toi (Take the Money and Run)
  • 1971: Bananas
  • 1972: Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le sexe sans jamais oser le demander ( Everything You Always Wanted to Know About Sex (But Were Afraid to Ask)
  • 1973 : Woody et les robots (Sleeper)
  • 1975 : Guerre et Amour (Love and Death)
  • 1977 : Annie Hall
  • 1978 : Intérieurs (Interiors)
  • 1979 : Manhattan
  • 1980 : Stardust Memories
  • 1982 : Comédie érotique d’une nuit d’été (A Midsummer Night’s Sex Comedy)
  • 1983 : Zelig
  • 1984 : Broadway Danny Rose
  • 1985 : La Rose pourpre du Caire (The Purple Rose of Cairo)
  • 1986 : Hannah et ses sœurs (Hannah and Her Sisters)
  • 1987: Radio Days
  • 1987: September
  • 1988: Une autre femme (Another Woman)
  • 1989: Crimes et délits (Crimes and Misdemeanors)
  • 1990 : Alice
  • 1992 : Ombres et brouillard (Shadows and Fog)
  • 1992 : Maris et femmes (Husbands and Wives)
  • 1993 : Meurtre mystérieux à Manhattan (Manhattan Murder Mystery)
  • 1994 : Coups de feu sur Broadway (Bullets Over Broadway)
  • 1994: Nuits de Chine (Don’t Drink the Water)
  • 1995: Maudite Aphrodite (Mighty Aphrodite)
  • 1996: Tout le monde dit I love you (Everyone Says I Love You)
  • 1997: Harry dans tous ses états (Deconstructing Harry)
  • 1998 : Celebrity
  • 1999 : Accords et désaccords (Sweet and Lowdown)
  • 2000 : Escrocs mais pas trop (Small Time Crooks)
  • 2001 : Le sortilège du Scorpion de Jade (The Curse of the Jade Scorpion)
  • 2001 : Sounds from a Town I Love
  • 2002: Hollywood Ending
  • 2003: La Vie et tout le reste (Anything Else)
  • 2004 : Melinda et Melinda (Melinda and Melinda)
  • 2005 : Match Point
  • 2006 : Scoop
  • 2007 : Le rêve de Cassandre (Cassandra’s Dream)
  • 2008 : Vicky Cristina Barcelona
  • 2009 : Whatever Works
  • 2010 : Vous allez rencontrer un bel et sombre inconnu (You Will Meet a Tall Dark Stranger)
  • 2011 : Minuit à Paris (Midnight in Paris)
  • 2012 : To Rome with Love
  • Pièces de Théâtre

  • 1966 : Don’t Drink the Water
  • 1969 : Play It Again, Sam
  • 1975 : God
  • 1981 : The Floating Light Bulb
  • 1995 : Central Park West
  • 2003 : Riverside Drive
  • 2003 : Old Saybrook
  • 2007 : Second Hand Memory
  • 2011 : Honeymoon Motel
  • Réflexions et recueils de nouvelles

  • 1973 : Pour en finir une bonne fois pour toute avec la culture (Getting Even)
  • 1975 : Dieu, Shakespeare et moi (Without Feathers)
  • 1980 : Destins tordus (Side Effects)
  • 2007 : L'erreur est humaine (Mere Anarchy)
  • Bandes dessinées

  • 2009 : Angoisse & Légèreté / Doutes & Certitudes (Dread & Superficiality) : ces deux albums (un seul album en version Anglaise) réunissent une collection des meilleurs "comic strips" publiés quotidiennement dans les journaux Américains, de 1976 à 1984. Ils ont été illustrés par Stuart Hample, en collaboration avec Woody Allen.
  • Distinctions

    Oscars

    · 1978 : Meilleur réalisateur pour Annie Hall

    · 1987 : Meilleur scénariste pour Hannah et ses sœurs (Hannah and Her Sisters)

  • 2012 : Meilleur scénariste pour Minuit à Paris (Midnight in Paris)
  • Golden Globes

    · 1986 : Meilleur scénariste pour La Rose pourpre du Caire (The Purple Rose of Cairo)

    · 2012 : Meilleur scénariste pour Minuit à Paris (Midnight in Paris)

    BAFTA

    · 1978 : Meilleur réalisateur et meilleur scénariste pour Annie Hall

    · 1980 : Meilleur scénariste pour Manhattan

  • 1985 : Meilleur scénariste pour Broadway Danny Rose
  • 1986 : Meilleur scénariste pour La Rose pourpre du Caire (The Purple Rose of Cairo)
  • 1993 : Meilleur scénariste pour Maris et femmes (Husbands and Wives)
  • Césars

    · 1980 : Meilleur film étranger pour Manhattan

    · 1986 : Meilleur film étranger pour La Rose pourpre du Caire (The Purple Rose of Cairo)

    Date de création:2012-08-14 | Date de modification:2012-09-20

    Loading