• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    Stevens George

    George Stevens

    Biographie

    Nationalité: cinéaste Américain
    Année de naissance: 1904
    Lieu de naissance: Oakland (Californie)
    Année de décès: Lancaster (Californie)
    Lieu du décès: 1975

    Débuts

    Fils de comédien, George Stevens débute au Cinéma dès l'âge de dix-sept ans. Il est nommé assistant opérateur. A la fin des années 1920, le grand producteur Hal Roach le prend sous son aile. Stevens devient ainsi le directeur de la photographie d'une série de courts-métrages de Laurel et Hardy. Une carrière de cinéaste lui est promise à la Rolin Film Company mais en définitive, c'est aux studios Universal puis, à la RKO qu'il inaugure son oeuvre de metteur en scène. Ses premiers longs-métrages sont des comédies sans relief, des films de commande. C'est à partir de 1935, avec Désirs secrets ( Alice Adams), que l'ancien technicien s'affirme en tant qu'auteur.

    Particularités

    George Stevens, c'était d'abord un physique. Doté d'un visage étrangement figé, il ressemblait à un Chef Apache impassible en toutes circonstances. Cette allure singulière lui valut d'être surnommé "l'Indien" par ses pairs.

    George Stevens, c'était ensuite un caractère. Il était capable de ne montrer aucune émotion pendant des heures entières à ceux qui, comme Joseph Mankiewicz, venaient lui soumettre un projet. Quand les producteurs l'enjoignaient d'accélérer ses prises de vue pour respecter son budget, il acquiesçait d'un air conciliant avant de reprendre son tournage au même rythme qu'auparavant. Stevens était un perfectionniste qui pouvait multiplier les plans pour obtenir la meilleure image possible. Rien ni personne ne pouvait le fléchir. "Il ne faut jamais contrarier l'Indien", répétait opportunément Warren Beatty à son sujet. Filmer les horreurs du camp de Dachau, en 1945, ne fit que raffermir ce tempérament d'acier. Précisons toutefois que l'auteur de l'inénarrable Femme de l'année (Woman of the Year) avait paradoxalement un sens de l'humour très développé. Frank Capra, son ami de longue date, voyait même en lui un Maître de la Comédie.

    George Stevens, c'était en outre une référence pour le monde du Cinéma. Géant (Giant), le dernier film de James Dean, inspira ainsi plusieurs scènes de La balade sauvage (Badlands) et des Moissons du Ciel (Days of Heaven) de Terrence Malick. L'homme des vallées perdues (Shane) fut largement repris par Clint Eastwood dans Pale Rider. Quant à Gunga Din, il fut parodié par Blake Edwards dans la désopilante Party. Il préfigura également le décor et l'intrigue d'Indiana Jones et le temple maudit ( Indiana Jones and the Temple Doom), de Steven Spielberg.

    George Stevens, c'était enfin un mal-pensant convaincu. Durant toute sa carrière, le metteur en scène Américain s'attaqua en effet à l'un des mythes fondateurs de son propre pays: la Réussite. Son long et magistral éloge de la Modestie, préfiguration du Cinéma de David Fincher, ne l'empêcha cependant pas de connaître le succès. Une place au soleil (A Place in the Sun) et Géant lui permirent ainsi de glaner l'Oscar du meilleur réalisateur.

    Oeuvres

    Réalisateur

     

    • 1930 : Ladies Last

    • 1931 : Blood and Thunder

    • 1931 : High Gear

    • 1931 : Air-Tight

    • 1931 : Call a Cop!

    • 1931 : Mama Loves Papa

    • 1931 : The Kickoff

    • 1932 : Who, Me?

    • 1932 : The Finishing Touch - également scénariste

    • 1932 : Boys Will Be Boys

    • 1933 : A Divorce Courtship

    • 1933 : Family Troubles - également scénariste

    • 1933 : Rock-a-Bye Cowboy - également scénariste

    • 1933 : Should Crooners Marry

    • 1933 : The Cohens and Kellys in Trouble

    • 1933 : Room Mates

    • 1933 : Quiet Please! - également scénariste

    • 1933 : Flirting in the Park - également scénariste

    • 1933 : What Fur - également scénariste

    • 1933 : Grin and Bear It - également scénariste

    • 1934 : Ocean Swells

    • 1934 : The Undie-World

    • 1934 : Kentucky Kernels

    • 1934 : Cracked Shots

    • 1934 : Bachelor Bait

    • 1935 : Hunger Pains

    • 1935 : Laddie

    • 1935 : The Nitwits - également scénariste

    • 1935 : Désirs secrets (Alice Adams)

    • 1935 : La gloire du cirque (Annie Oakley)

    • 1936 : Sur les ailes de la Danse (Swing Time)

    • 1937 : Pour un baiser (Quality Street)

    • 1937 : Une demoiselle en détresse (A Damsel in Distress)

    • 1938 : Mariage incognito (Vivacious Lady) - également producteur

    • 1939 : Gunga Din - également producteur

    • 1940 : Vigil in the Night - également producteur

    • 1941 : La chanson du passé (Penny Serenade) - également producteur

    • 1942 : La Femme de l'année (Woman of the Year)

    • 1942 : La Justice des hommes (The Talk of the Town) - également producteur

    • 1943 : Plus on est de fous (The More the Merrier) - également producteur

    • 1945 : That Justice Be Done

    • 1945 : Nazi Concentration Camps (documentaire)

    • 1948 : Tendresse (I Remember Mama) - également producteur

    • 1951 : Une place au soleil (A Place in the Sun) - également producteur

    • 1952 : L'ivresse et l'Amour (Something to Live For) - également producteur

    • 1953 : L'homme des vallées perdues (Shane) - également producteur

    • 1956 : Géant (Giant) - également producteur

    • 1959 : Le journal d'Anne Frank (The Diary of Anne Frank) - également producteur

    • 1965 : La plus grande histoire jamais contée (The Greatest Story Ever Told) - également scénariste et producteur

    • 1970 : Las Vegas, un couple (The Only Game in Town)

    Distinctions

     

    • Mostra de Venise 1938 : Prix spécial pour Mariage incognito

    • New York Film Critics Circle Awards 1943 : Meilleur réalisateur pour Plus on est de fous

    • Oscars 1952 : Meilleur réalisateur pour Une place au soleil

    • Oscars 1957 : Meilleur réalisateur pour Géant

    Date de création:2014-09-11 | Date de modification:2014-09-12

    Loading